Le Cri de la Chenille

Résumé

Deux adultes. Un jeu d'enfants.
Deux enfants. Sur la Lune.
Dans les turbines du grand barrage
hydroélectrique de la Baie James.
Et un secret enfoui.

 

Genèse

Le Cri de la Chenille est né d’une envie de travailler sur le langage de l’inconscient, et particulièrement, celui lié aux mémoires de l’enfance.

Non plus travailler sur des dialogues issus de faits avérés présents et passés, et que l’on présente comme tels - avec une part d’inconscient en filigrane - mais ouvrir la boîte de Pandore et puiser directement à la source. 

Ce texte a été lu en public au Stages Theatre Centre à Hollywood (L.A. / U.S.A.),  au B.I.A. à Paris, aux anciens Ateliers de Viera da Silva et d’Arpad Sznenes (Paris et Yèvre-Le-Châtel), etc. 

Le rôle de LUI/ROBERT fut notamment lu par Bruce Myers, acteur fétiche de Peter Brook. Ces lectures étaient suivies de débats ouverts, en présence d’artistes plasticiens, d’étudiants, de philosophes, de comédiens, de dramaturges et de scénaristes, de réalisateurs et de metteurs en scène, ainsi que d’’un public varié, visant à explorer le texte et les différentes possibilités de mises en scène.

 

Note d’intention partielle

 

Une vie de couple qui étouffe. Une rage sourde. Un désir qui ne laisse que des salissures. Des ambitions, des rêves frustrés. Et une enfance trop lourde à porter. ELLE et LUI. Ils n’ont pas d’âge.  Rien qu’un homme et une femme. Deux adultes. On croit d’abord assister à une scène de leur quotidien.  Banale. Mais seuls demeurent les non-dits. Et la violence de tout. Et de rien.  D’un repas.  D’une attente. D’un rejet. D’un désir. D’une ombre.  D’un souvenir douloureux.  Et d’une multitude de points d’interrogation.

ELLE lui parle de ce qui est pur et figé dans le froid. La neige qui scintille au soleil. Et le sucre blanc. Elle l’invite à tout rejouer.  Un jeu d’enfants.  Deux enfants. Qui se découvrent. Quelque part au Québec. Sur la Lune. Dans les turbines du grand barrage hydroélectrique de la Baie James...

 

Mais il y a les autres…

 

            Et « cette foutue serrure »…

 

Ce faisant, ELLE et LUI  nous font entrer dans la matrice.

L’accoucheuse perpétuelle de nos mémoires enfouies. C’est un voyage au cœur de l’inconscient. De l’universel. Du tissu cicatriciel. Là où ça fait mal. Là où l’on refuse d’aller. C’est comme pénétrer dans une maison hantée. Où nos fantômes errent sans fin entre deux mondes. Passé et présent. Et nous empêchent de vivre.

 

Tout est viscéral. Organique. Des corps qui se font face. S’affrontent, se frôlent, s’empoignent et se rejettent. 

Des parcours chaotiques. Des surfaces accidentées. Des bribes de souvenirs cratériformes.

 

La tourbe et la pourriture. Et la bouche d’une louve édentée. La douleur. La naissance. Le premier cri.  Celui de la chenille. Une toute petite chenille.  Grosse comme le trou d’une serrure. Comme un point d’interrogation.  Elle nous porte à faire l’éloge du petit. A favoriser la doctrine du faible et non celle du fort. C’est elle qui engendre le progrès. C’est elle qui détient le secret de la métamorphose salvatrice.

 

Le Cri de la Chenille est la narration d’une époque charnière, aux repères brouillés,  qui fait le point sur de nombreuses années d’enfance et de vie commune. On mesure toute l’importance des premiers conflits affectifs et sociaux. Les souvenirs et les métaphores se télescopent. 

 

Une description dense de situations parfois réelles, parfois imaginaires, que l’urgence de survie fait se rencontrer. Une histoire entremêlée autour de l’amour, des blessures, du constat, du questionnement, de l’incertitude, des liens conscients et inconscients, de la solitude indicible, et de la mémoire.

 

Mais au-delà de ces méandres, il y a la volonté de continuer. Un feu qui transmute les éléments en présence. C’est en cela que ce voyage ludique est de l’ordre du théâtre alchimique selon l’expression d’Antonin Artaud.

Texte et mise en scène: Caroline Rabaliatti,

Assistanat à la mise en scène: Claire Conan-Vrinat

 

Environnement Sonore et Musical (Batterie et Percussions): 

Philippe Lefievre

Musique du Teaser: Caroline Rabaliatti & The Crossed Roads.

 

Avec

ELLE:

Caroline Rabaliatti / (Claire Conan-Vrinat En alternance)

 

LUI / ROBERT:    

Ayouba Ali

 

Prochaines dates

Présentation de la version courte de la pièce au

Festival Court au Théâtre du Théâtre Berthelot de Montreuil le 16 Mai 2014 à 21h.

Le Cri de La Chenille en page couverture du journal TOUS MONTREUIL.
Le Cri de La Chenille en page couverture du journal TOUS MONTREUIL.
Le Cri de la Chenille - Article dans le Journal TOUS MONTREUIL à l'occasion du festival "Court au Théâtre" 2014 et du partenariat d'adlib444 avec l'association des Amis du Théâtre Berthelot de Montreuil.
Le Cri de la Chenille - Article dans le Journal TOUS MONTREUIL à l'occasion du festival "Court au Théâtre" 2014 et du partenariat d'adlib444 avec l'association des Amis du Théâtre Berthelot de Montreuil.

Retrouvez Le Cri de la Chenille sur Facebook

 

Dossier complet disponible sur simple demande.

Pour tous renseignements, contactez-nous

 

>