ART & SCIENCE

«LE CRI DE LA CHENILLE»

A propos:

 

Un Cri, trois voyages…

 

Le Cri de la Chenille est construit autour de trois voyages imaginaires. Initiatiques. Imbriqués les uns dans les autres. Reliés à la réalité d’un temps présent. Emprunts de tous les non-­dits. Mais les ramenant inexorablement vers leur enfance.

 

L’un, de la terre à la lune. A bord d’une fusée. Ou d’un vaisseau spatial. Une exploration de l’astre lunaire.


L’autre est un court voyage à bord d’un hydravion. Un retour à la nature. Au père. Et à son absence.


Et le troisième est celui du parcours de l’eau provenant des rivières. Et de sa transformation en électricité. En passant par le barrage hydroélectrique de la Baie James. Les reniflards. La pression. L’ouverture des vannes. Le groupe turbine-­alternateur  de la centrale. Etc.


Le texte évoque également le fonctionnement du cerveau, la biologie animale, l'environnement, les structures sociales. Il a recours au syllogisme et à la géométrie, etc.
Autant d’analogies, de parallélismes et de défis qui les ramènent à la lune. Et à ce qui se cache derrière la serrure…

Des parallélismes…


ELLE et LUI/ROBERT appartiennent à une époque où les technologies contemporaines font partie intégrante de leur imaginaire symbolique. (Souvent par le biais de l’image médiatique, omniprésente, qui nous informe de toutes les avancées technologiques ou autres découvertes scientifiques; ou encore par l’influence de la littérature, du cinéma d’anticipation et de science fiction.). Ainsi, leur perspective sur le monde et sur eux-­mêmes en est changée.

 

C’est un monde où se rencontrent les différentes facettes du psychisme de cet homme et de cette femme. (Ces êtres humains du 21ème siècle.) Un endroit où se rejoignent l’affectif et le désir. Le connu et le rêvé (Ou du moins, ce qui est reconnu comme tel). Les structures intérieures ou extérieures. Un lieu entre la conscience et, l’inconscience.


En effet, dans Le Cri de la Chenille, les technologies modernes apparaissent comme des signes porteurs de sens. Un sens caché d’une expression de leur réalité. De ce qui les construit psychologiquement, affectivement et socialement. Rattaché à des correspondances symboliques plus anciennes, voire même archaïques, et universelles. Comme celles de la lune. De l’eau. De l’oiseau. Ou encore celle du feu lorsque l’électricité devient le feu des temps modernes.

 

En d’autres termes, ces technologies qui accompagnent leurs voyages, se font l’interprétation moderne de mythes anciens. Le vecteur d’une exploration ludique freudo-­jungienne. Un facteur de progrès dans leur ouverture aux mondes actuel et ancien, mais aussi dans l’ouverture à l’autre comme à eux-­mêmes… Ils seront alors en mesure de concevoir une nouvelle forme d’harmonie structurelle à partir de la mémoire fragmentée. Brisée. Occultée. Enfouie. Et enfin révélée au grand jour. Ce qui semble chaotique et irréversible s’auto-­organise et trouve sa logique. Sa voie d’évolution. La résolution à une équation aux multiples inconnues.

 

Cette expression symbolique traduit l’effort de cette femme et de cet homme pour déchiffrer et maîtriser un destin qui leur échappe. Tout comme il est dans la nature de l’esprit humain de chercher à enserrer le désordre du monde dans le filet de l’ordre des mathématiques etde
la science. Ou de contrôler la nature sauvage, obscure et mystérieuse grâce à la technologie. Cela répond à un besoin de dominer ses peurs. Et c’est bien cela dont il s’agit.

____________________________________________________

Pour tous renseignements (Dossier complet - "Art & Science/ "Le Cri de la Chenille", calendrier des rencontres et inscriptions), contactez-nous